Anne Carron-Bender

“Educatrice spécialisée durant près de 8 ans, agente de voyages durant près de 20 ans, diverses activités professionnelles en lien avec le tourisme, des stages linguistiques…  Mon parcours professionnel a toujours été passionnant, intéressant jusqu’au jour où le besoin de changer a été plus fort que tout.

C’est ce moteur-là qui, en 2008, m’a conduit à découvrir (par hasard !!!) la formation de « Guide-interprète du patrimoine » (GIP). Une formation très jeune, pratiquement pas connue en Valais, mais dont le profil m’attirait comme un aimant… Des cours de géologie, de faune, de flore, d’agriculture, d’architecture, de patrimoine bâti, d’animation, de gestion de groupe… Bref, tout le contenu me réjouissait. C’est ainsi que durant 4 ans, je me suis rendue régulièrement dans le canton de Neuchâtel pour suivre les différents modules organisés. Petit à petit, mon socle de connaissances s’est construit. Des connaissances plutôt généralistes qui n’attendaient qu’à être approfondies, selon mes intérêts.

En juin 2012, mon diplôme de guide-interprète du patrimoine en poche, j’ai choisi de  mettre à jour et approfondir mes connaissances de premiers secours, sécurité, pour pouvoir guider à l’aise dans la moyenne montagne valaisanne. C’est ainsi qu’en mars 2013, je me suis présentée à l’examen du brevet fédéral d’  “Accompagnatrice de randonnée”, examen réussi.

Durant ces années de formation, mon intérêt pour l’histoire et le patrimoine (entre autres) s’exprimaient si fort que le besoin d’en savoir plus m’a conduite à la formation «Patrimoine & Tourisme » organisée par l’université de Genève : des cours suivis à Martigny et Lausanne dont le contenu concernait l’histoire du Valais, l’histoire de l’art valaisanne, la géographie touristique de ce canton… Cette formation  très exigeante, suivie en parallèle de la première formation, m’a permis d’obtenir le diplôme de « Guide Patrimoine & Tourisme » en novembre 2013.

Et la nature dans tout ça, moi qui adore me balader, serpenter les petits chemins ? Impossible de la laisser de côté, impossible de ne pas « y entrer un peu plus encore », pour l’approfondir. Ainsi, grâce à la nouvelle formation mise sur pied par l’ “Association Suisse pour la Protection des Oiseaux » (ASPO)et « Nos Oiseaux »  (FRO), j’ai choisi d’investir du temps pour mieux connaître le monde de ces petits êtres ailés, allant du roitelet huppé au gypaète barbu, en passant par la huppe fasciée, le faucon crécerelle… Passionnant ! Cette formation m’a permis d’obtenir un « Brevet en ornithologie niveau 1»  (août 2011) puis un « Brevet en ornithologie niveau (décembre 2014). Et finalement un « Brevet en ornithologie niveau 3» (juin 2020 avec un travail sur madame la Huppe). 

Habitant en Valais et plus précisément à Fully d’où je suis originaire, entourée de vignes, de vignerons, et de vins évidemment, j’ai poursuivi ma quête de connaissances en me formant sur le vignoble, son histoire, ses cépages, ses vignerons… En janvier 2014 + mai 2014, j’ai suivi des cours organisés par le Musée de la Vigne et du Vin à Salquenen (Valais) et par le Patrimoine Mondial de l’UNESCO (Lavaux). La formation de 3 jours en Lavaux m’a permis de recevoir un nouveau titre bien sympa « Guide patrimoine Lavaux ».

Aujourd’hui, transportant dans mon sac à dos des connaissances très variées, je suis une guide professionnelle passionnée… Guide de ville, guide ornithologique et de la nature, guide du patrimoine, accompagnatrice de randonnée… Ma soif d’approfondir et de découvrir de nombreux sujets variés est toujours immense. C’est ainsi que je retourne de temps en temps “à l’école”. Mais il est évident que l’école de la vie et du terrain, en votre compagnie, est actuellement mon meilleur « formateur ». Et mon meilleur « moteur ». Je vous en suis très reconnaissante.

Je suis réjouie de poursuivre ma route avec vous. Une buse variable me nargue. Elle continue de m’annoncer un bon présage.

Vous avez envie d’en savoir plus sur mon parcours professionnel et mes hobbies. Voici mon curriculum vitae mis à jour en septembre 2020. Cliquez ICI   

Portrait poétique

par Olivier Taramarcaz, Chemin-Dessus

 

Le jardinier n’est pas celui qui dans le temps fait durer la forme, mais qui, dans le temps, fait durer l’enchantement.» Gilles Clément

 

Anne Carron-Bender : lectrice du paysage

 

Elle raconte le paysage comme une part de nous-mêmes. Elle raconte le patrimoine comme un héritage qui nous devance. Elle raconte l’histoire du vignoble en terrasses comme un livre ouvert. Et l’histoire des bisses comme un parfum.

L’unité de vie d’Anne Carron-Bender tient d’abord à un itinéraire, marqué par l’élan. Elan appuyé sur le monde des racines. Anne vient d’une terre. D’un pays qui raconte un paysage. D’un paysage qui porte des traces. Elle a appris à le regarder, à le considérer dans une durée. Le temps des hommes. Le monde rural. Terre vivante. Habitée depuis des générations. Anne arpente les vallons. Elle affine sa perception du grand Valais. Elle découvre le pays par le relief. Avec ses empreintes, restituées ici par un bisse, là par un mur de pierres sèches, par un vieux sentier. Elle se plaît à recomposer l’histoire d’un monde présent-absent, par une approche compréhensive du paysage.

A rendre visible ce qui bien souvent a été délaissé, puis effacé par le temps. Elle se plaît à s’arrêter sur un chemin, au pied d’un rocher, sur un bisse, au bord d’une vigne. A l’écoute, elle s’émerveille : « la mésange charbonnière babille sur l’épine-vinette ». En cette douce compagnie, elle nous invite à nous asseoir, à regarder, à saisir les transformations du paysage, du monde cultivé, des mayens. Le regard d’Anne porte à voir ce que je regarde et ne vois pas. A décrypter le paysage dans une perspective élargie par la multiplicité des indices, s’éclairant à leur point de croisement. Si Anne se plaît à fournir des repères contextualisés, plus encore, elle nous convie à reconsidérer le temps dans une durée, à resituer le présent dans un temps historisé. Le temps de l’ordinaire aussi. Le temps des gestes aussi bien. Le temps du paysage.